AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Io - « A travers un miroir, je ne vois qu'un parasite comme un autre. »
Invité
avatar

Mar 1 Nov 2016 - 21:26

photodupersonnage
Dossier n° 001248759 - « Citation »
Sklaera Elena Iona
spritedupersonnage• Sexe : Féminin
• Age : Vingt-quatre ans
• Taille & poids : Un mètre soixante douze & soixante kilos (à peu près)
• Région d'origine : Kanto
• Métier : Ranger
Sheena la Goupix
spritedupokémon• Sexe : Féminin
• Région d'obtention : Kanto
• Nature : Feignante
• A noter : En apparence, de nombreux conflits s'installent en permanence entre Io et son goupix. Toute fois, une importante complicité persiste entre les deux amies.
Description mentale
La nature enjouée de Iona ressort dans la plupart des situations. Elle est une bonne vivante qui apprécie chaque moment offert par son quotidien. Il ne en lui faut beaucoup pour qu'un sourire s'étale sur ses lèvres. La compagnie de pokemon ou une balade en pleine nature suffit à contenter la demoiselle. C'est ces merveilles qu'elle apprécie et s'évertue à protéger, même au péril de sa vie. De ce fait, il lui paraît normal de les faire passer avant son propre bien. D'avantage, en ces temps, où les dirigeants laissent la faune en proie à de nouveaux dresseurs, son engagement se renforce. Toute fois, Iona n'arrive à croire en des utopies où l'état sauvage prendrait le dessus sur les villes humaines bien implantées. Réaliste, elle dérive souvent vers le pessimisme.

Pourtant, de nombreux petits détails peuvent enrouer sa joie. Elle ne supporte les autres, les voyant comme des parasites nocifs à la nature, des êtres qui ne savent que détruire. De ce fait, son calme et sa bonne humeur ont une tendance à disparaître en leur compagnie. La froideur s'installe. La jeune femme passe d'une joyeuse créature pleine de vie à un être indifférent, froid et calculateur. Ce rejet des autres s'accompagnent aussi d'une profonde indifférence, teintée toute fois de méfiance envers la quasi-totalité de la population humaine. Elle ne se soucie guère du sort qui peut leur être réservé et ne viendra en aide à des inconnus en difficulté, même agonisant. Une conduite qui possède toute fois de rares exceptions, il lui arrive d'apprécier certains de ses congénères et d'adopter une attitude bien différente.

La ranger déteste la foule mais aussi rester dans les villes en compagnie de ses congénères. Malgré tout, si une mission l'y oblige, elle s'y pliera. Son travail est l'élément central de son existence, ainsi, maintenir l'ordre ne peut qu'être une priorité à ses yeux. Dévouée à ce dernier, elle s'exige d'obtenir le meilleur résultat possible mais aussi d'éviter les désagréments qui pourrait intervenir. Aucune erreur ne lui est permise mais la brune ne le permet aux autres pour autant. Loin d'être tolérante et même au plus bas de l'échelle, elle ne peut s'empêcher d'intervenir auprès des autres rangers ou de ses supérieurs si elle estime leur travail bâclé ou mal exécuté. La perfection est possible, il suffit juste d'avoir la volonté de l'atteindre.

Ainsi, elle s'attire avec une facilité déconcertante, des problèmes dont elle se fiche la plupart du temps car leur impact est minimale. Pourtant, suivant la nature et la raison de certains, une réaction de la jeune femme peut arriver. Malgré ses airs inoffensifs, la ranger est plutôt rancunière et n'hésite à utiliser des méthodes des plus sournoises pour se venger de ceux qui aurait oser attenter à ses valeurs.
Histoire
A la découverte de la région Capella, certains y virent la renommée scientifique alors que d'autres ne cherchèrent qu'à recommencer leur vie, loin de leur vieux démon. Les départs possèdent des raisons variées. Enfant, Iona se laissa entraîner par son père, accompagnée de sa grande sœur. Bien qu'elle désirait comme son aînée, connaître la source de cette décision, son père leur répétait à longueur de temps qu'elles n'avaient encore l'âge, qu'il s'agissait là d'une décision d'adulte. Tout de même, il ne cessait de formuler de nombreuses promesses toujours toutes plus extraordinaires les unes que les autres et ce, dans l'unique but de les rassurer face à cet important voyage. Les premiers temps furent presque facile pour les enfants. Le chemin était plutôt convenable et les paysages aussi bien que les pokemons sauvages savaient ravir leur curiosité. Chaque pas, les amenaient rapprocher de la destination finale. Pourtant, il n'était aisé de parcourir une telle distance pour des enfants, ces dernières n'hésitaient à se plaindre à chaque occasion, à chaque douleur ou encore fatigue petite ou intense qui s'emparait de leur frêle corps.

Même si le voyage sembla durait une éternité pour eux, très vite, la famille arriva au niveau de l'incroyable barrière rocheuse qui protégeait la région. Entendu de son géniteur, la petite brune ne s'attendit à voir de pareilles montagnes, si haute, si raide.. Ses jambes tremblaient sous la peur qui s'incisait en elle. Afin de la rassurer et l'aider à franchir ces derniers remparts, son aînée prit sa main, pour la durée du parcours. Ce dernier réservait alors bien des surprises au trio dont l'homme à sa tête ne s'attendait à emmener ses filles sur un sentier escarpé et étroit qui longeait un immense précipice. Même lui était pris d'importants vertiges à cette vue, lors de cette traversée mais tous restaient en permanence collés à la paroi, se tenant fermement par la main avec le même espoir d'en voir le bout, d'arriver à un chemin meilleur. Le temps s'écoulait mais la fin n'arrivait toujours pas. L'adulte accaparait par de trop nombreuses questions et regrets sur le danger qu'il faisait courir aux petites, ne porta plus l'ensemble de son attention sur ses pas. Il se sentait indigne d'être leur père, de les mener égoïstement dans une expérience aussi périlleuse alors qu'elles ne demandaient rien. Ce manque de concentration entraîna sa perte. Son pied mal posé sur un caillou traînant, il perdit l'équilibre et glissa dans le vide. L'homme réagit assez vite à sa condition et lâcha la main de son enfant qui ne fut emporter dans le gouffre.

Les larmes envahirent les joues des fillettes, témoins d'un macabre spectacle. Mais, tirant Iona par la même, sa sœur ne leur laissa d'avantage de temps pour se lamenter sur le sort de leur géniteur. Maintenant, la cadette était sous sa responsabilité. Elle comptait bien l'amener à bon port. Leur deuil attendrait.. Et, par miracle, elles réussirent à arriver dans un état proche du convenable à Requiem, première ville sur leur passage. L'endroit  sembla désertique à première vue, presque effrayant mais cela ne resterait qu'un passage. A vrai dire, elles ne savaient où se rendre ni comment faire pour obtenir une aide. Sans argent en poche, il leur serait aussi difficile de loger ou même de se nourrir. La situation critique ne leur laissait que peu de solutions. Puis, qui attribuerait sa confiance à des orphelines ? Parcourant les rues embrumées de la ville, la fatigue pesait dans leurs membres et les obligea à faire une halte, pour le plus grand malheur de Iona, effrayé par la cité. Sa sœur l'attira dans une rue d'apparence déserte. Cachée derrière une pile de caisses en bois, elles s'assirent et tombèrent dans les bras de Morphée.

Les jours passèrent, les deux fillettes quittèrent la ville pour sa voisine, Tona-cité. Toujours dans les mêmes conditions de vie, elles essayaient de vivre le plus discrètement possible, dormant dans la rue et volant sur les marchés. Elles ne possédaient plus de famille et ne désiraient encore moins être séparé. Ainsi, ils ne leur restaient qu'à habiter les rues sans jamais se faire prendre par les forces de l'ordre. Une existence pareille ne pouvait convenir à deux enfants et bien qu'elles redoublaient chaque jour d'efforts pour s'en sortir, leurs corps s'affaiblissaient. Les repas ne suffisaient à subvenir à leur besoin. Les vêtements ne les protégeaient du froid mordant de la nuit. Dans ces conditions, il n'était étonnant que l'une des sœurs tomba malade, si peu de temps après leur arrivée. Mais, sans moyen pour la soigner, la vie la quitta aussi dans les jours qui suivirent le premier symptôme.

Ainsi, âgée de moins d'une dizaine d'années, Iona se retrouva seule, livrée à elle-même dans des terres inconnues. Sa première action fut de partir de la ville. En présence de son aînée, la vie urbaine ne la dérangeait mais désormais, côtoyer une foule si importante la rendait nerveuse, presque malade. Ainsi, elle sortit de la ville, sans se soucier de la destination. Perdue dans ses pensées, la vision floutée par les pleurs qui s'écoulaient de ses prunelles émeraudes, la fillette se retrouva dans une sombre forêt. Pensant d'abord que la crépuscule était déjà présent, elle s'y engouffra, non sans crainte. La peur possédait son corps mais ne l'empêchait alors d'avancer dans l'effrayant bois. Sur le côté, un arbre aux branches assez basses lui parut parfait pour passer la nuit. Ainsi, les pokemons sauvages ne viendraient l'ennuyer pendant la nuit bien que pour le moment, elle n'en n'eut croisé. L'étrange sensation d'être observé la suivait pourtant, et ce, depuis ses premières pas dans cette forêt. Elle essayait de l'ignorer d'avantage qu'elle installait sur une branche en hauteur, perdant l'occasion de s'enfuir au besoin.

Durant la nuit, l'enfant garda les yeux fermés dans l'espoir de rien voir. Cette situation possédait tout de même un avantage, la mort précédente de sa sœur n'accaparait plus ses pensées. Le froid, la solitude et la peur prenaient une place bien trop importante. Toute fois, le sommeil finit par l'emporter. Des bruits étranges le troublèrent, parfois même, elle sentit d'étranges choses en contact avec sa peau mais la petite brune ne tenta jamais d'ouvrir les yeux.
Son véritable réveil survint de longues après. Elle eut l'impression d'avoir troquer sa rude branche pour un léger nuage. Ses mains s'appuyaient contre le support, étrangement moelleux. Ainsi, l'enfant prit son courage et ouvrit les yeux pour découvrir une chambre ? Le confort ressenti n'était donc pas une illusion. Mais comment, pourquoi se retrouvait t-elle ici ? Rejetant la couverture, elle sortit du lit pour découvrir la pièce. Sans se gêner, elle commença à fouiller placard et commode pour trouver des indices. Lors de sa recherche, un homme entra et posa un regard surpris sur la fillette curieuse. Après de rapides présentations, il lui expliqua l'avoir trouver dans la forêt hantée et ramenait chez lui. En effet, l'homme était ranger, envoyé pour une mission dont il ne donna aucun détail. Ce dernier la trouva dans les bois et pensa qu'elle s'était perdue, ainsi, il la ramena chez lui. La discussion s'étala sur de nombreux sujets et dura quelques bonnes heures mais à la fin, le ranger lui proposa de la ramener à ses parents. A cet instant, l'élément crucial arriva. Elle tentait d'éviter d'annoncer ouvertement n'avoir aucune famille depuis le début mais s'y retrouva obligée. Iona ne désirait retourner en ville et encore moins dans les sinistres bois. Ainsi, pour la nuit, il décida de la garder avec lui.

Une nuit puis une seconde, suivi de bien d'autres, sans même qu'ils ne s'en rendent compte, des années finirent par s'écouler. Il s'attacha à l'enfant, la considérant comme sa fille, un sentiment réciproque. Il n'hésita même à l'adopter et officialiser sa garde sur l'enfant. L'homme ne se voyait plus la confier à quelconque inconnu. Une véritable complicité eut le temps de s'installer entre les deux humains.
En grandissant, elle commença à posséder un intérêt, qui ne cessa de grandir, pour le métier de son père adoptif. Ce dernier décida alors de l'emmener avec lui lors d'une mission calme où elle aurait l'occasion de rencontrer de multiples pokemons sauvages. Elle tomba sous le charme de ce métier et ne cessa de lui demander de l'accompagner par la suite. Ainsi, chaque fois qu'une chance pareille se présenta, l'homme la prenait sous son aile pour lui faire aussi bien découvrir de nouveaux lieux que de nouvelles espèces pokemons. Même quand Iona atteint l'âge pour être formée, il s'occupa de tout, toujours derrière elle à assurer qu'aucun problème ne viennent entraver son chemin. La désormais jeune femme fut à la suite recrutée et commença à exercer avec ses collègues. Son père adoptif veille toujours sur elle bien qu'il ne comprit jamais pourquoi elle possédait tant de mal à accepter les autres et passe souvent derrière pour apaiser les tentions.
avatar
Admin
Messages : 334
Points : 443
Age : 22
Métier : Dieu.

Mer 2 Nov 2016 - 21:27

Très bien, votre dossier est en règle, je le valide.

Voici donc votre carte.



Prenez-en soin, elle vous sera demandée lors de contrôles, ou d'accès à des lieux règlementés ou protégés.

N'oubliez pas d'aller recenser votre avatar, et d'aller faire votre fiche technique.

Je vous souhaite la bienvenue à Capella.
Voir le profil de l'utilisateur
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» « Deux hommes regardent à travers les mêmes barreaux. L'un voit la boue, l'autre les étoiles. » - Dio ♠
» Je me vois dans ses yeux comme dans un miroir... [PV Aleksander]
» Prix du petrole a travers le temps
» A travers la montagne. [PV Peintre]
» Le regard est'il le miroir de l'âme ????

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Stories :: Gestion du personnage :: Présentations :: Terminées-
Sauter vers: