AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Orchidée qui accompagne le printemps █ Ran Tomoharu
avatar
Messages : 19
Points : 29
Age : 22
Métier : Etudiant

Mer 10 Mai 2017 - 11:12

photodupersonnage
Dossier n° 010050220 - « Laissez moi rêver encore un peu... »
Ran Tomoharu
spritedupersonnage• Sexe : Homme
• Age : 22 ans
• Taille & poids : 1m75 pour 47,5 kg
• Région d'origine : Hoenn - Algatia
• Métier : Habitant à Riff-Sur-Mer // Étudiant en astronomie et en rêve à ses heures perdues.
Yume { Lokhlass }
spritedupokémon• Sexe : Femelle
• Région d'obtention : Dans les mers d'Hoenn.
• Nature :  Prudente
• A noter : Contrairement à la plupart des Lokhlass, sa surface externe est d'un bleu plus clair, tandis que sa surface inférieure de son corps se rapproche plus du jaune pâle, la couleur de sa carapace est aussi plus claire que le normal, donnant un effet argenté et brillant lorsque les rayons du soleil ou de la lune l'éclaire. Sa nageoire avant gauche possède de quelque entaille suite à un accident lorsqu'elle était plus petite.
Description mentale
N A R C O L E P T I Q U E •

C'est l'une des premières choses qui caractérise Ran, cette maladie fait partie intégrante de sa vie, le forçant à adopter un style de vie un peu différente des autres. La narcolepsie est un trouble du sommeil chronique, cela peut arriver plusieurs fois dans la même journée de façon imprévisible ou à cause, d'une émotion trop forte comme la surprise, le stress, le rire, la colère, etc. Le sommeil peut avoir une durée variable de quelques minutes à une heure environ et le malade plonge directement dans un sommeil paradoxal. Cette maladie possède différents symptômes que Ran supporte durant ses phases de sommeil, certain n'arrivent pas forcément tout le temps.

Il y a d'abord l'hypersomnolence qui est l'un des symptômes principaux étant donné que cela donne l'envie irrépressible de dormir. Il y a ensuite la cataplexie qui est tout simplement une perte du tonus musculaire, c'est-à-dire que les muscles qui permettent de maintenant le corps debout et de bouger "s'endorment", à tous moment Ran peut s'écrouler au sol endormi, cela peut être dangereux selon l'endroit où il se trouve, comme traverser une route, dans les transports en commun ou autres. Mais Ran n'est pas forcément endormi lorsque cela arrive, il peut être pleinement conscient, il sera juste dans l'incapacité de parler ou de bouger. Arrivent ensuite deux symptômes un peu plus rares, mais que Ran a déjà vécu, la paralysie du sommeil et des hallucinations, les deux étant très souvent liés. La paralysie du sommeil est identique à la cataplexie à la seule différence qu'elle se produit très souvent lors du réveil, ces paralysies peuvent donner une sensation d'angoisse profonde produisant la plupart du temps des hallucinations. Ces dernières peuvent apparaitre sous différentes formes, sois visuelles, auditives, sensations de toucher ou de déplacement.


G R A N D       R Ê V E U R •

Ran vit donc avec cette maladie qui rythme ses journées ou plutôt la berce... Cela a engendré chez lui une fatigue constante, une difficulté à se concentrer que ce soit dans une conversation ou pour une tache quelconque qu'on lui aurait confiée. Mais il a pu pratiquer quelque chose qu'il tient très à cœur, il s'agit des rêves lucides. C'est tout simplement le fait d'être conscient dans un rêve et cela se produit généralement durant le sommeil paradoxal. Lorsqu'on devient lucide dans un rêve, le dormeur peut faire tout ce qu'il souhaite ! Cela ne demande un certain entrainement, ce que Ran à fait durant quelques années avant d'y arriver. Il contrôle parfaitement ses rêves comme il le souhaite.

Mais il lui arrive de plus en plus de mélanger le rêve et la réalité, à cause du fait qu'il se réveille et se rendort plusieurs fois dans la journée et que ses rêves se rapprochent assez de la réalité, a peu de choses prêtes... Il a l'impression de dormir tout le temps, de rêves tout le temps. Cela ne lui déplaît pas, bien au contraire, même si ça peut être problématique de ne plus savoir ce qui est vrai ou faux. Mais il y a certains éléments qui lui permettent de différencier les deux mondes, la douleur qu'il ne ressent pas dans ses rêves, Yume son pokémon qui n'hésite pas à l'arroser pour le ramener à la raison, lorsque c'est nécessaire et la lune.


A M O U R E U X •

Et oui chers amis, le petit cœur de Ran est déjà pris, mais il tout à fait plausible de l'obtenir étant donné que l'être aimé n'est pas à porter de main. Elle est plutôt sphérique, avec des cratères sur elle, elle montre toujours le même visage la nuit, mais elle est aussi présente le jour. Allez savoir pourquoi, Ran apporte une attention toute particulière à la Lune et point de lui laisser une place dans son cœur.

La façon dont il traite la lune peut-être décrite comme une personnification, il offre à cet astre lunaire des propriétés humaines. Il la nomme sobrement Lune, une jeune femme aussi humaine que vous et lui. Cette histoire a tout simplement commencé lorsqu'il s'entraînait à faire des rêves lucides, il lui fallait un objectif qu'il garderait tout au long de son apprentissage, un but qu'il ne pouvait atteindre qu'en rêve. Ce fut donc avec beaucoup de temps et de patience qu'ils se sont approchés, petit à petit. C'est pour cela que Lune sert aussi de point de repère entre le monde des rêves et la réalité. L'instant où il a attrapé l'astre lunaire dans ces bras a sans doute été le beau moment de sa vie.

Évitez de parler de Lune comme d'un simple satellite ou chose, sauf si vous tenez vraiment à faire du mal à son petit cœur et vous placer dans sa liste noire de personne qu'il ne fréquentera jamais. Il n'aime pas du tout quand on la critique. La présence de Lune lui a toujours été très rassurante, sa lumière le réconforte durant les nuits sombres, et même si le temps était nuageux, il arrive à l'apercevoir dans le ciel. Elle qui chasse ses cauchemars et rend sa vie un peu plus mielleuse.


R A N •

Que ce soi dans ses gestes ou dans sa façon de parler. C'est un petit nuage tout doux, remplis de douceur, qui aime la tendresse et qui a envie d'en offrir. Il a beaucoup de mal à se mettre en colère ou à ressentir une émotion négative, mais cela ne veut pas dire que ça n'arrivera pas. Il est un peu lent dans ses mouvements, il traine souvent le pas quand il marche... Ran aime beaucoup prendre son temps, il n'est jamais pressé. Les gens trop pressés ou qui veulent aller vite le stress.

Il parle tout bas et parfois, on l'entend à peine ce qu'il dit, ce qu'on lui reproche assez souvent, le forçant à hausser le ton. Il ne supporte pas les sons trop forts ou tout autres chose de très bruyant, cela peut être tout et n'importe quoi, c'est le bon moyen de lui donner un mal de crâne. Étant habitué au calme, il a une préférence pour la musique douce, acoustique, naturel (vent, bruit des vagues) ou simplement le chant de certain pokémon, dont Yume son Lokhlass.

Mais la douceur n'est pas la seule chose qui le caractérise, en général, il est du genre patient, curieux, timide, naïf et gentil... Voir même trop naïf et vraiment trop gentil... Il ne cherche pas vraiment à savoir ce qui est vrai ou faut, si on lui raconte quelque chose qui l'émerveille, il va y croire. Si on lui demande de l'aide, qu'importe si la personne une face de lui à fait de mauvaise chose, Ran ne connaît pas son passé et il fera de son mieux pour se rendre utile. Vous savez, c'est un peu difficile pour lui la communication, il ne sait pas vraiment comment s'y prendre face à un inconnu. Il peut donc être facilement manipulable et il ne se rendra compte qu'après ou un peu plus tard de son erreur. Il tentera par la suite de réparer les choses ou alors de lâchement se réfugier dans sa bulle, un peu honteux. Voilà, vous n'avez qu'à prendre tous ces éléments, mélangez les et vous obtiendrez ce cher petit Ran.
Histoire
O R I G I N E,    M E R E    &    P E R E •

Ran est née dans la région d'Hoenn, plus précisément dans la ville d'Algatia, une île perdue au beau milieu de l'océan. Il a grandi sur cette île et ne l'a presque jamais quitté, même pour rejoindre le continent. Sa mère est soigneuse au centre pokémon de la ville, elle fait partie d'une unité qui a pour but de s'occuper des pokémons aquatiques qui auraient la malchance de s'échouer sur la plage ou qui ont été blessé à cause des bateaux, tempêtes, etc. De ce fait, elle parcourt fréquemment les mers de la région et n'est pas beaucoup présente à la maison. Ce rôle est proche de celui d'un ranger, mais elle ne possède ni le matériel adéquat et préfère le terme "Soigneuse" que "Ranger". Quant à son père, il est scientifique dans la station spatiale, il ne travaille pas sur le côté de mécanique ou technique de la station, mais plus dans le domaine de l'astronomie, c'est-à-dire la science de l'observation des astres, planètes, etc. En étudiant leur origine, leur évolution, ainsi que leurs compositions physiques et chimiques. Ce père éleva un grand parti son fils seul, l'emmenant même parfois au centre spatial pour la journée.


E N F A N C E •

Ran à eux ce qu'on pourrait appeler une enfance tranquille, banale dites-vous ? Ce n'est pas un mot qu'il apprécie pour décrire son enfance ou même sa vie. Ce n'est pas une enfance banale qu'il a eue, mais une enfance calme et douce comme il aime si bien le dire. Les bambins qui courent partout, à crier de joies, s'amusant et rêvant d'aventure, ça c'est une enfance banale pour Ran. Trop bruyante, trop agitée... Déjà tout petit, c'était quelqu'un de calme, peut-être même trop calme au goût de ses parents, l'insistant parfois pour le faire jouer avec d'autres enfants. Mais il préférait s'asseoir par terre et à regarder les petites bestioles traverser la route en se disant qu'elles sont bien courageuses de faire ça, de voir les nuages changer de forme en essayant de deviner à quoi ça ressemble ou encore les vagues glisser sur le sable en ne comprenant pas pourquoi l'eau mangeait ses châteaux de sable.

D'ailleurs, la plage, c'était ce qu'il préférait le plus et encore aujourd'hui, c'est un endroit dans lequel il pourrait rêvasser des jours entiers, allonger sur le sable, patauger dans l'eau. Son petit péché mignon était de voir la lune se lever et se coucher à l'horizon de cette immensité bleue. La plage, la mer, l'océan, un univers qui le fascine, mais pas autant que le domaine de l'astronomie. Le centre spatial était pour lui un véritable cabinet de curiosités... Combien y a-t-il d'étoile ? Nous écoutent-elles ? Nous parlent-elles ? Et les planètes ? Pourquoi y en a-t-il des grandes, des petites et de différentes couleurs ? Tournons tous autours du soleil ? Mais la question que Ran posait tout le temps, chaque jour à son père, c'était « Est-ce qu'un jour, j'irais là-haut ? » et tout comme bons parents, ne voulant pas briser les rêves de leurs si jeunes enfants et persuader qu'ils feront de grandes choses dans la vie... Il lui répondait que oui.

Lorsque son père travaillait, Ran dessinait. Des étoiles, des planètes, des galaxies... Avec beaucoup de couleur et d'imagination. Le plafond de sa chambre en était recouvert et les murs commençaient à être grignotés par les dessins de l'enfant. Étant donné qu'il faisait les cours à la maison, il avait tout le temps qu'il voulait pour ses loisirs. C'était ça son enfance.


D I A G N O S T I C,    R Ê V E S    &    C H O I X

C'est dans ce petit monde que Ran grandit et à son adolescence deux choses importantes se sont produites. Il y a eu d'abord le diagnostic de sa maladie narcoleptique, suite à de nombreux problèmes de concentration, que ce soit pour discuter, écouter ou travailler. Il semblait aussi très fatigué, avec des difficultés à s'endormir la nuit, pour les parents cela ressemblait plus à de l'insomnie, mais son père eut droit à une crise de cataplexie de la part de sa part, ce qui le poussa à le faire emmener à l'hôpital où sera dévoiler sa maladie. Le jeune homme devait donc réorganiser sa vie avec ce rythme de sommeil imprévisible, mais il a très vite tourné cette maladie en sa faveur.

Étant la plupart du temps dans la bibliothèque de la station, il était tombé une fois sur un livre parlant de rêve ce qui l'avait profondément intrigué et bien plus encore lorsqu'il a lu le sujet des rêves lucides. Les rêves étaient devenus quelque chose d'assez important au même titre que l'astronomie, ces deux domaines avaient comme point commun l'infini et l'imagination. Il n'y avait rien pour donner une limite à ses univers, tout pouvait se produire, à la seule différence que les rêves lui semblaient plus accessibles que l'espace. Il avait donc commencé à travailler sur ses fameux rêves lucides, ses rêves où on était conscient.

Il faisait tous les conseils qu'il trouvait... Des attrapes-rêves étaient ajoutées dans sa chambre, dont les murs étaient totalement remplis de dessins, il écrit un journal de rêve, qu'il tient toujours par ailleurs, notant chaque bout de rêve qu'il arrive à s'en souvenir. Il pratiquait aussi des tests des réalités, c'est-à-dire de se mettre une alarme à des heures différentes de la journée, puis quand l'alarme s'enclenche, il regarde ses mains en se posant justes trois questions : Où est-il ? Quand ? Et que faisait-il une heure précédente ? L'idée étant que dans un rêve, la réalité est déformée, il vous manquera des doigts aux mains ou alors la peau sera très différente. Mais il faut aussi le plus important, un objectif. Si vous devenez lucide et que vous n'avez pas d'objectif, vous allez très vite perdre votre sang-froid et perdre cette lucidité. Il faut rester calme et avoir un but sur lequel se concentrer. Pour Ran c'était un choix très rapide : atteindre la lune. C'est-ce qu'il rêve depuis tout petit, atteindre la lune. C'est un entraînement fastidieux qu'il entreprenait, mais il était plutôt déterminé et cela lui offrait un but dans sa petite vie.

En plus de cela, durant cette période, il allait choisir son premier pokémon. Cette envie de posséder l'une de ces petites créatures provenait des histoires que racontait sa mère, lorsqu'elle était présente. Et puis cela devait finir par arriver, un enfant vivant parmi d'innombrables créatures finit par en réclamer un pour lui. Le choix de son premier pokémon était tout aussi rapide et évident pour lui, il désirait un Séléroc, un pokémon qui ressemble à une lune, qu'on peut retrouver sur le site météore. Ce lieu se trouve sur le continent et donc pour trouver son précieux, il devait quitter son île pour la première fois.



Y U M E •

Depuis son départ de l'île, Ran ne pouvait pas s'empêcher d'être excité à l'idée d'avoir son premier pokémon, d'avoir quitté sa ville et de faire son premier voyage. Il n'avait jamais autant dormi durant ces derniers jours et le voyage avait à peine commencé. À la seule exception qu'il ne dormait presque plus la nuit, il faisait même parfois des nuits blanches, profitant de cet air frais, de ce calme imperturbable et simplement bercé par le bruit des vagues de l'océan. Il passait des nuits, prêt de la rambarde du bateau, à fixer cet abîme mystérieux, éclairé par la douce lumière de sa Lune. Jusqu'à un soir où tout bascula, littéralement. Il avait repéré une silhouette remontant et disparaissant de la surface de l'eau, un pokémon ? Sans aucun doute. Encore un que Ran n'avait encore jamais vu ! Sa curiosité et son excitation vont alors de paire, grandissant à chaque fois que la silhouette réapparaissait, il était émerveillé et voulait voir ça de plus près, d'un peu trop prêt même, se penchant un peu plus sur la rambarde. Mais en quelques secondes, une fatigue s'empressa de mettre un terme à cette agitation, le corps décida qu'il était temps de s'assoupir et l'eau l'enveloppa de sa fraîcheur telle une couverture, prêt à s'endormir. Cependant, l'instinct se survit fut bien plus fort que la maladie, encore heureux, ce choc thermique a été comme une violente claque qui réveilla aussi bien le corps que l'esprit.

De plus, cet agitant ne manqua pas d'attirer la curiosité de certain. Habitué à nager dans ces océans depuis qu'elle a été trouvée, elle avait déjà croisé de nombreux bipèdes comme celui-ci, mais en voir un la nuit restait tout de même assez rare. La petite Lokhlass appréciait les humains. Elle avait été séparer de sa famille à cause d'une tempête et c'est retrouver dans cet océan inconnu, car après tout, un Lokhlass dans les eaux d'Hoenn c'est tout aussi rare qu'un humain sous l'eau la nuit. Les premiers bipèdes qu'elle avait rencontrés la convoitaient pour l'ajouter dans leur équipe et c'est ainsi qu'elle se blessa. En fuyant ceux qui voulaient la capturer, perdu et apeuré, elle s'était coincé une nageoire dans un filet de pêche, la panique s'était emparée de cette enfant aquatique et au lieu de se libérer, elle s'emmêla dans le filet et se blessa un peu plus la nageoire qui resta bloquée, causant ainsi de profonde entaille. La peau d'un Lokhlass, quand il n'est encore qu'un enfant, est bien plus fragile que celle d'un Lokhlass adulte.

Remarquant la légère couleur rouge qui apparaissait dans l'eau, les pêcheurs l'ont remonté à la surface et mise sur leur bateau. Des soins lui furent prodigués et elle fut gardée en examen pendant quelque temps dans un centre pokémon. Entonnement, elle ne fut pas capturée et elle fut même remise en liberté. Cette Lokhlass c'était à présent habituée à ce vaste océan, elle s'amusait dans les courants non loin de Pacifiville et à explorer les profondeurs de l'océan qui recèle, pour elle, d'innombrable petit secret. Elle croisa parfois des groupes de Lokhlass qui passaient dans la région, mais elle ne repartait jamais avec eux pour retourner dans ses étendue azur où elle est née, elle les accompagnait juste dans leur chant mélancolique chaque soir.

Il y aurait pu avoir un chant cette nuit là, si ce jeune humain n'était pas tombé dans l'eau. Elle s'en approcha sans aucune méfiance, voyant qu'il avait bien du mal à remonter à la surface. Il avait beau agiter les bras et les jambes, aucun résultat satisfaisant ne lui permettait de respirer de nouveau l'air frais. Encore un qui prend la mer sans savoir nager et il est vrai que, pour Ran, il n'avait jamais osé s'aventurer un peu plus dans l'eau et d'acquérir cette faculté. L'eau qui s'arrêtait au niveau des genoux lui suffisait amplement pour s'amuser.

Ici, c'était un monde différent, il flottait comme dans l'espace, sans point de repère et n'arrivant pas à s'en échapper, il ne pouvait que distinguer une silhouette sombre qui tournait autour de lui. Il pouvait l'apercevoir un peu mieux lorsqu'elle se glissait sous les rayons de Lune, une adorable tête s'approchait de lui avec des yeux pétillant de curiosité. Ran la fixait tout aussi curieux, mais cela change rapidement en une grimace de douleur, ses poumons le brûlaient de l'intérieur et son cœur ralenti de plus en plus par le manque d'air. La Lokhlass remonta à la surface en l'emmenant avec elle sur son dos. L'air, enfin. Ran toussa bruyamment, s'accrochant comment il le pouvait à la carapace du pokémon, qui nagea vers le bateau.

Sur ce véhicule, l'agitation était aussi présente, son père qui avait pris l'habitude de venir le voir, afin de vérifier s'il dormait correctement, c'est aperçu de sa disparition, réveillant ainsi sa femme, le capitaine et a peu prêtes toutes les personnes qui sont à bord. Ne le trouvant nul part sur le véhicule, la peur des parents empirait, craignant que leurs enfants soit tombé par-dessus bord. Les lumières rivées sur la surface de l'eau et les pokémons aquatiques ont été sorti de leur pokéball pour vérifier les alentours, que ne fut pas leur soulagement de voir Ran vivant, certes épuisé, mais bien vivant, sur le dos d'un Lokhlass. Il tremblait de froid, pas étonnant, il fut vite remonté sur le bateau et prit en charge par ses parents, bien sûr, il eut droit à des questions pour savoir qu'est-ce qui s'était passé. Mais Ran ne répondit rien, juste des petits « ça va » pour les rassurer, il retourna bien vite s'endormir au chaud et épuisé.

Quant au Lohklass, elle suivit le bateau telle une ombre, curieuse de savoir où il va et aussi contente d'avoir un peu de compagnies. Il va sans dire que durant le reste du voyage, Ran désirait de passer plus de temps dans ce nouvel univers aquatique. Le jour, il apprit à ses dépens à nager, sous l'œil attentif de ses parents et du Lohklass qui fut bien content d'avoir un compagnon de jeu et qui l'aida quand s'était nécessaire. Et la nuit, il restait sur sa carapace pour admirer les étoiles et profiter du calme. Il lui parlait aussi, de son enfance, de sa vie, des rêves, de tout, il n'avait jamais autant discuté et partager avec quelqu'un, même avec ses parents, il ne partage pas autant de chose. C'est peut-être parce qu'elle lui a sauvé la vie qu'il se sent en sécurité auprès d'elle, sa présence lui est tellement rassurante, au même titre que Lune. Cela va de soi, qu'a la fin de ce trajet en mer, ils ne se quittaient plus. Ran possédait déjà près de lui son premier pokémon qu'il nomma Yume.


E P I L O G U E    &    P R O L O G U E

Yume et Ran purent parcourir les eaux d'Hoenn, en essayant de prendre les coins les plus tranquilles. Ils n'étaient pas vraiment faits pour le combat, cela se voyait sans doute quand on les croise. Ils préféraient couler de paisibles journées, mais il n'en demeure pas moins que Ran aida, quand il pouvait, son père dans ses recherches, lorsqu'il trouvait la moindre chose sur l'astronomie, il le lisait, dessinait et notait. Tout comme les rêves, réussissant à être à présent lucide, il note toute information sur cet étrange univers. Le jeune homme commence même à s'intéresser de plus près au monde aquatique de Yume. Finalement, la vie de Ran n'est pas si tranquille que ça.

Et elle l'est encore moins lorsqu'il alla s'installer dans la région Capella, il doit l'avouer, ses parents y sont pour quelque chose. Cette région, encore "neuve" à leurs yeux, serait un bon moyen pour leur fils de sortir de sa bulle, de découvrir de nouvelles choses et de rencontrer de nombreuses personnes, lui permettant de se forger un peu plus. C'était comme terminé une histoire à Hoenn et en faire une nouvelle a Capella, bien que réticent au départ, de quitter sa région d'origine, de simple belle parole de la part de ses parents suffisait pour le rassurer. Quelque chose de nouveau ne pouvait être que meilleur pour l'esprit. Il finit par s'installer dans la région à ses 20 ans, cela fait donc 2 ans qui résident sur cette terre et bien évidemment, il va de soi qu'il ait choisi une ville proche d'un littoral. Une petite résidence à Riff sur-Mer suffisait largement, même s'il passe plus de temps dehors que chez lui. Il reste tout même un peu réservé par rapport à sa nouvelle région, il n'a presque pas quitté sa ville et ses alentours. Curieux, certes, mais pas très téméraire me direz-vous. Il devra, cependant, éclater sa bulle un jour ou l'autre.

Je m'excuse s'il reste encore quelque faute d'orthographe, c'était très long, j'ai fait de mon mieux, mais il est possible qu'il en reste un peu. Merci d'avoir pris le temps de lire. ♥






Ran s'exprime de cette couleur
Carte dresseur:
 
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 157
Points : 964
Age : 22
Métier : Dresseur.

Mar 20 Juin 2017 - 17:26

Déééésolé vraiment pour l'énorme perte d'activité de Stories.

Tout est désormais de nouveau sur pied, donc si jamais tu es toujours intéressée pour jouer à nos côtés, préviens, et je m'occupe de ta validation. :3

Encore désolé !


Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 157
Points : 964
Age : 22
Métier : Dresseur.

Mar 20 Juin 2017 - 18:07

Bon du coup je te valide ! :3



Voilà ta T-card ! Je t'invite à créer le topic dédié !

Bon rp !


Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Kirk Mueller quitterait le CH au printemps .. !
» Le printemps du cinéma
» Matin de printemps...
» Ménage de printemps 2011
» Tournoi du Printemps du jeu à Bourgoin Jallieu

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Stories :: Gestion du personnage :: Présentations :: En cours-
Sauter vers: