AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Une secte étrange • Groupe 2 • Rose - Vocruen - Capucine
avatar
Admin
Messages : 334
Points : 443
Age : 22
Métier : Dieu.

Dim 11 Déc 2016 - 12:37

Gavotte-Ville…Une ville charmante, en soi. C’était une vraie petite bourgade, ou tout le monde se connaissait. Jeunes comme anciens, les gens vivaient et riaient ensemble, en harmonie. Oh, il y avait bien des tensions, mais elles se voyaient peu. L’endroit était le plus souvent paisible.

Avant tout, cette petite bourgade, c’était aussi le carrefour de rencontre de nombreux dresseurs. Que ce soit ceux qui reviennent de Creshendia après leur premier badge, ou qui cherchent directement à aller à la capitale depuis Bourg-Prélude, afin de faire le plein, pour les plus fortunés. Parce que même si Gavotte-Ville avait une boutique, elle n’était pas très grande. Les dresseurs, coordinateurs et autres voyageurs en profitaient souvent pour s’entraîner, ou se mesurer aux autres. C’était ça, la plus grande source d’activité de la petite ville.

Et, bien que ça arrive rarement, des personnes mal intentionnées profitaient de la populace qui circulait pour se faire connaître et endurcir leur réputation. C’était d’ailleurs le cas de cet homme en toge blanche. C’était un homme, à l’air étrange et la barbe grisonnante, d’une cinquantaine d’années. Il parlait fort, comme tous les sectaires de ce genre, pour bien se faire entendre parmi la foule. Ce carrefour était bien profitable pour le prosélytisme, car de nombreux dresseurs encore faibles, au sens propre ou bien d’esprit, étaient capables d’accepter l’offre sordide de ce genre d’organisations.

« Venez parmi nous !! De nombreux mondes s’offriront à vous ! Nous devons asseoir notre suprématie et faire connaître la vérité unique au monde ! »

Souvent, la plupart de ceux qui passaient dans le coin n’étaient pas dupes, et regardait ce genre d’individu déviant avec dégout, ou appréhension. Généralement, ce genre de personnes étaient instables, après coup. Mais il arrivait que certaines personnes, jeunes ou influençables, signent pour entrer dans leurs rangs. C’était rare, mais ça arrivait. Sauf que cette fois, quelqu’un n’avait pas vraiment apprécié l’enrôlement du vieil homme et l’attrapa par le col. C’était un homme plutôt baraqué, à la veste déchirée, en jean.

« Eh, t’a pas fini d’attirer des gamins, connard ?!
- Lâchez-moi monsieur. Un égaré comme vous ne peut connaître l’illumination.
- J’la connais pas ? Et mon poing dans ta gueule, tu vas l’connaitre, j’te l’dis !!
- Si vous voulez régler vos différents, c’est en combat pokémon. »


L’altercation provoquait l’attention des autres. La foule s’agglutinait, laissant assez de place autour des deux concernés pour les laisser se battre. Certains même, commençaient à filmer la scène pour la diffuser sur les réseaux. Pour une scène aussi rare à cet endroit, la ville avait vite fait d’être en ébullition.
L’homme lacha le vieillard, pour décrocher une pokéball à sa ceinture, avant de la lancer en l’air. Celle-ci libéra un petit quadripède mauve à l’air hargneux.

« Ok Nidorino. On va coller le vioque sur les rotules. »

Le vieux ne répondit rien et se concenta de sortir une sphère bleue et rouge de sa toge. C’était, en effet, une Super Ball que l’homme détenait. Celle-ci, dans un rayon bleu, relâcha un Soporifik.

« Soporifik, je te prie. »

Le type musclé regardait le sectaire d’un œil mauvais alors que la foule continuait à s’amasser autour d’eux.
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

Lun 12 Déc 2016 - 19:49

participant 1Vocruenparticipant2Capucine participant2murphy

« Inconstance. Saturation chronique d'une aventure affective.»

« C'est lorsque vous avez chaussé vos pantoufles que vous rêvez d'aventure. En pleine aventure, vous avez la nostalgie de vos pantoufles.»

Secte, religion ; foi, superstition, juste un problème de définition.

Aujourd’hui, il faisait beau, il faisait chaud, il faisait un temps à sortir, à rire, à découvrir les multiples bienfaits de la nature. La neige n’était pas encore tombée, et les souffles discrets du vent se faisaient de plus en plus frais. C’était sûrement les derniers jours où tu pouvais profiter des rayons chauds du soleil. Et c’est ce que tu faisais, et très bien même.

Depuis quelques minutes, peut-être même une bonne, tu vaquais tranquillement à ton occupation favorite : glandouiller sur une terrasse, sirottant une grenadine, le menton posé sur tes paumes de main, observant l’effervescence de la petite bourgade qu’était Gavotte-Ville.

La petite ville avait été la première étape de ton intrépide aventure, et elle t’avait laissé d’excellents souvenirs. Maintenant, alors que tu y revenais, le cœur gorgé d’espoirs et de mémoires, tu regardais avec mélancolie l’asphalte endormi de cette ville qui avait gravé en elle les premiers pas de ta renaissance.

Certes, cela remontait à il y a quelques jours, peut-être une semaine, peut-être un peu plus ou moins. Mais quand tu y repensais ! Tu y avais des rencontres extraordinaires, comme Estellis, la seule personne peut-être qui avait percé à jour ton secret, et qui avait gardé le silence. Une amie en or, sûrement, une sauveuse pour sûr.  Et il n’y avait pas que ça … Les premiers combats, premières captures de Pokémons, les premiers malheur … Ah oui, et aussi, il y avait Vocruen.

Tu relevas la tête, te mordant les lèvres et regardant le dresseur en face de toi, qui lui aussi avait noyé son regard dans les grandes rues de la cité. Il s’était passé tant de choses depuis que tu l’avais rencontré pour la première fois dans ce foutu centre Pokémon.

Qui l’aurait cru ? Cette simple phrase avait le mérite de résumer l’intégrité de votre relation. Qui l’aurait cru, hein, qu’il allait se passer ce qu’il s’était passé ? D’abord, vous aviez couché ensemble, encore et encore. Adultes dépravés, pulsions intenables, tout s’était emboité sans vraiment que vous n’imaginiez les conséquences. Après l’effort, le réconfort, non ? Vous aviez décidé de partir ensemble, et au final, sans même se poser de questions, ou de se prendre la tête, vous aviez continué votre petit périple à deux.

Et c’était étrange. A proprement dire, ce n’était pas des sentiments. M’enfin, toi-même, tu ne savais pas vraiment ce qu’était les sentiments. Tu ressentais pour lui une étrange attirance, pas la même que celle que tu ressentais pour les autres. Du moins, tu te sentais bien avec, et tu ne t’imaginais désormais plus sans lui. Sûrement une amitié plus fusionnel, dû à votre voyage côte à côte.

Oui c’était ça, rien de plus. Juste des amis. Des amis qui couchaient ensemble, certes, mais des amis quand même.

Tes pensées s’égarant encore et toujours alors que tu sirotais la fin de ton sirop rose fushia, des éclats de voix attirèrent ton attention.

Les pavés de Gavotte-Ville voyaient défiler tous les jours des passants, mendiants, dresseurs, ou gens tout en couleur et croyances. Le sol était foulé par diverses coutumes, divers horizons, divers mœurs et conception. Toi, tu avais toujours été intriguée par ce flot incessant de personnes. Tu les observais avidement, essayant de graver les traits de la vieillesse de certains, le sourire amoureux des autres, ou parfois leurs regards déchus. Biem évidemment, ton attention se faisait absorber par l’ambre des yeux de Vocruen, et tu oubliais bien vite la couleur originale de cheveux de madame, ou l’habit amusant de monsieur.
Ce que tu étais tête en l’air parfois.

Pourtant, aujourd’hui, c’était différent. Suivis des cris, un attroupement s’était vite formé, et tu avais regardé, sceptique, d’abord ton ami, puis le groupe bruyant.

- Il s’passe quoi là-bas, encore ?

Jetant un billet sur la table pour payer la tournée, parce que tu refusais à chaque fois que ton amant paie à ta place, tu lui pris la main, le trainant même s’il n’était pas content avec toi. Te frayant un passage dans la foule, à coup d’épaules et de regards noirs, tu finis par apercevoir ce qu’il semblait tant émouvoir la foule. Un jeune, un air colérique peint sur le visage faisant face à un vieux, qui lui, frêle et blême, semblait en très mauvaise posture.

Alors, bien entendu, ton super-héroïsme et ta justice implacable parla avant toi, avant même que tu essayes de prendre connaissance de la situation. Bondissant en avant, délaissant par la même occasion ton amant derrière toi qui – tu le connaissais bien – devait probablement faire comme s’il te ne connaissait pas, tant tu agissais par impulsivité. La colère te nouant le ventre, tes lèvres se serrant l’une contre l’autre, pour t’empêcher de blasphémer des conneries, tu t’avanças sur le devant de la scène.

Pourquoi, bon sang, les jeunes se comportaient comme ça ? Manquant de respect à une pauvre vieux qui n’avait rien demandé, sûrement pour le dépouiller, voire pire, pour l’humilier. Tu étais heureuse d’un certain côté, de ne pas avoir été élevée comme ça. Ton père t’avait certes fait les pires choses du monde, mais en contre parti, tu avais eu tout le temps pour apprendre les labeurs de la vie, de l’éducation, et jamais, ô grand jamais, tu ne te comporterais avant autant peu de respect envers quelqu’un qui t’était supérieur. Et ce, même si ton sang chaud t’attirait bien souvent des ennuis.

Alors, portant plus tes couilles que la majorité des hommes rassemblés à filmer bêtement l’affrontement inégal entre la vigueur et la maigreur, tu décidas de t’interposer dans le combat, restant tout de même à distance des Pokémons qui semblaient tout sauf inoffensifs.

- Qu’est-ce qu’il se passe ici ? Pourquoi tu t’acharnes sur un pauvr’vieux toi, déjà ?

Ta voix se faisait plus grave, plus froide, plus accusatrice. Tu avais tourné sur le babtou fragile une regard remplis d’accusations, les bras croisés sous ta poitrine fière.

Tu avais l’art de t’enfoncer dans les pires merdes du monde. Mieux, tu étais passé maitre dans ton domaine. Et parfois, il était si difficile de s’en dépêtrer que tu finissais par te laisser avoir.

Merde. Tu avais encore agi sans réfléchir.

Stupide Murphy.






©linus pour Epicode

avatar
Messages : 157
Points : 964
Age : 22
Métier : Dresseur.

Sam 17 Déc 2016 - 14:25

LIVRE 1 - CHAPITRE N°7
« Une secte étrange »
Vocruen, Murphy et Capucine
La première étape était faite. Vocruen détenait son premier badge. Bordel de merde. Suite à un affrontement terrible et violent, la victoire lui était revenu. Et pas seulement à lui. La jeune femme partageant actuellement son voyage, et accessoirement amante, avait réussit le même exploit. C'était donc sans attendre qu'ils avaient quitté la ville. Désirant à la base continuer la conquête des badges par Disso-city, le duo fut arrêté par des travaux qui empêchaient quiconque de rejoindre la ville. Merde. L'autre chemin possible était via la capitale, endroit dont le scientifique ne voulait pas entendre parler pour le moment. Bien trop de monde, ce n'était clairement pas le genre de lieu dans lequel le protagoniste voulait terminer pour le moment.

Par conséquent, après une petite discussion avec son amante régulière, un nouveau chemin fut tracé, vers la petite île, au nord de la région, où deux badges étaient très proches. Parfait. Le chemin pour y aller étant plutôt long, plusieurs villes et un chenal à passer, cela laisserait le temps à l'équipe du jeune homme de s'endurcir voir même d'accueillir de nouveaux membres. Après tout, il n'avait que quatre pokémon, et les combats finaux contre les derniers champions et surtout durant la ligue demandait six créatures prêtes à en découdre.

Du coup, chemin inverse. Après être repassé par la route 2, le "couple", ou en tout cas, ce qu'ils semblaient être, s'arrêta un peu à Gavotte-ville, endroit assez significatif, étant donné que c'était le lieu de leur première rencontre. Le jeune homme commençait d'ailleurs à relativement bien connaître l'endroit, acceptant ainsi volontiers la pause, ayant en tête que cette ville était un endroit plutôt calme, où les gens ne s'arrêtaient que rarement, à cause de sa proximité avec la grande capitale qu'était Symphonis.

Actuellement, les deux étaient tranquillement à la terrasse d'un café. La jeune femme avait décidé de prendre une grenadine, un choix tout à fait louable, un peu de sucré ne faisant jamais de mal, alors que le protagoniste était parti sur un simple... eh bien, café, pour le coup. De quoi se réveiller après une dure nuit et une journée de marche intensive, c'était le mieux dans son cas. L'atmosphère était plutôt calme, et le regard du dresseur était perdu sur la petite foule qui marchait tranquillement, vaquant à leurs diverses occupations.

Sans réellement savoir pourquoi, la proximité et le moment que les deux passaient rendait le jeune homme légèrement nerveux. Certes, il s'était désormais habitué à sa présence quotidienne à ses côtés, en tant que partenaire de voyage, mais partager ainsi une boisson à une terrasse, cela ressemblait presque à un rendez-vous, vu comme ça. Et cette étrange similitude perturbait un peu le scientifique, qui tentait de cacher son embarras derrière un masque affichant une expression neutre, son regard fixé dans le vide, avant d'observer rapidement une ou deux personnes. Vocruen n'arrivait tout simplement pas à voir la jeune femme dans les yeux.

Était-ce ses sentiments ? Mais lesquels ressentait-il pour Murphy ? De l'amitié ? C'était sûr et certain, après tout la présence de la dresseuse était plutôt agréable. Et puis, leurs goûts étaient plutôt similaires et ils appréciaient passer du temps ensemble. Mais au fond de lui, le scientifique savait que quelque chose n'allait pas. Qu'au fond, quelque chose de plus naissait, lentement, un sentiment qui dépassait de loin la bête et simple amitié. Mais alors, de l'amour ? Vraiment ? Ce sentiment étrange et unique qu'il n'avait que très rarement ressentit dans sa vie ?

Après tout, Vocruen et les relations amoureuses, ce n'était pas vraiment une chose très connue. Il avait eu quelques amours, certes, mais des amours de jeunesse qui ne duraient que rarement plus de quelques mois dans les meilleurs des cas. Ce n'était que des débuts de sentiments ou bien des mirages qui embrumaient son esprit à l'époque malade, malade à cause de son envie d'avancer dans le domaine de la science, de découvrir des choses nouvelles et d'inscrire son nom au panthéon des plus grands. Un désir qui revient doucement, mais cette fois ce n'était pas le titre de grand scientifique qu'il commençait à désirer, mais celui de dresseur.

Mais qu'importe et recentrons-nous sur la scène actuelle. Deux jeunes âmes assises dans un café. Voilà.

Désirant prendre son courage à deux mains, le garçon s'apprêta à tourner la tête pour adresser la parole à sa partenaire. C'est à ce moment précis que cette dernière lui attrapa la main, non sans lui faire lever un sourcil, avant de l'attirer avec force en dehors de l'établissement. Étonné et curieux, il commença à la suivre tranquillement, ne comprenant pas vraiment la raison de son acte. Ah. Peut-être ce bruit, ces engueulades qu'il avait brièvement entendu entre deux secondes où son cerveau était ouvert à des informations extérieures ?

Bousculant malencontreusement des passants, passants qui n'avaient droit qu'à un simple regard désolé de la part du garçon comme dédommagement, le couple finit par tomber sur un duel entre un vieil homme à la tenue singulière et une autre personne, un homme bien mieux bâtit. Poussant un soupir de soulagement lorsqu'elle le lâche, le scientifique prend alors le temps de bien observer la scène, croisant les bras et tentant de réfléchir au mieux à la situation. Bordel de merde, c'était un simple combat pokémon il n'y avait pas des tonnes de plats à faire. Mais il fallait arrêter la jeune femme, son impulsivité était certes un point très attirant de son caractère, mais elle s'intégrait dans des histoires qui ne la concernait pas.

Soupirant, Vocruen sortit alors de la foule sous les regards des spectateurs avant de venir poser sa main sur l'épaule de la rousse.

« Murphy, c'est bon. C'est un combat pokémon, tu t'interposeras seulement si le chaud bouillant s'attaque physiquement à l'autre, d'accord ? »

Comme pour imposer son choix, il attrapa finalement sa main pour la tirer en arrière, la ramenant un peu vers la foule. Il lui lança un regard expliquant ses intentions, avant de grommeler. Bordel, ils n'avaient pas besoin d'être remarqués, tout de même. Son regard alla de nouveau vers les deux adversaires et sur leurs pokémons. Un nidorino et un soporifik ? Rien qu'au type, il semblerait que le petit gros jaune avait l'avantage. Mais dans un combat pokémon rien n'était joué simplement via les types.

« Hey, pourquoi tu l'affrontes toi ? »

Ces mots étaient à l'homme le moins âgé, qui semblait être celui qui avait lancé le tout. Rien qu'à son air, on pouvait voir qu'il était particulièrement énervé, là où le vieil homme était plutôt l'incarnation du calme. Il était donc logique d'en déduire que le chaud bouillant était celui à la base de ce combat. La raison allait peut-être permettre de mettre la lumière sur cette affaire.

Écrit par Heine / Vocruen © Codé par Heine / Vocruen


Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 30
Points : 38
Métier : Membre de la Team Dream

Mer 21 Déc 2016 - 14:39

Cela faisait maintenant deux semaines que Capucine était arrivée sur l’île. Deux semaines quelque peu productives, Capella était un monde intéressant. Quoi que vexant en y réfléchissant. La jeune femme avait eu plus de faciliter à entrer en contact avec la Team Dream qu’elle ne pensait. Quand à intégrer ses rangs, la chose ne fut pas non plus très compliquée. Mais le temps la trouvait à attendre une mission, un but. Elle n’était pas là pour visiter et elle n’avait pas rejoint un groupe secret par pure méchanceté. Elle avait une vengeance à mettre en place et la Team Rocket payera pour ce qu’elle lui a fait.

Dans ces errances, elle était parvenue à Gravotte-ville et toute l’activité de la ville la laissait indifférente. Elle n’avait pas envie de se mêler à tous ses gens. Sa vie était solitaire, bien qu’elle ne refuse que rarement de la compagnie. Mais aujourd’hui, elle n’avait pas l’esprit à se faire des compagnons temporaires ou faire des sourires. En y réfléchissant, elle était frustrée. Avait-elle pris la bonne décision ? Est-ce que ça n’allait pas prendre trop de temps ? Elle se doutait bien qu’elle n’aurait pas la confiance de ces supérieurs aussi vite mais elle épérait que ça ne prendrait pas trop de temps.

Elle remarqua alors un attroupement et curieuse, s’en rapprocha, Vulca dans les bras, pour éviter que la Goupix ne se fasse marcher dessus. Encore un gros bourrin qui s’attaquait à un illuminé. Et comme d’habitude, personne pour faire respecter l’ordre. Personne sur qui se fier. Mais bon le combat aurait pu paraitre rapidement équilibré ; entre le Nidorino qui pourrait être suffisament rapide pour mettre le Soporifik K.O avait que ce dernier ne contre-attaque et avec son avantage de type, pourrait contrôler le Nidorino. Mais le vieil homme semblait calme et sûr de lui il devait cacher son jeu.

Un couple fit irruption dans le cercle de combat, la jeune fille semblait vouloir interrompre l’affrontement, mais son compagnon la tira de nouveau dans la foule. Pour son compte, Capucine ne voyait aucun n’intérêt à s’en mêler et préféra rester spectatrice de ce combat.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Admin
Messages : 334
Points : 443
Age : 22
Métier : Dieu.

Lun 26 Déc 2016 - 23:40

L’affrontement entre le gros bonhomme et le maigrichon encapuchonné, Nidorino et Soporifik, étaient prêts à en découdre. Les deux se regardaient méchamment. Le roublard empêchait le sectaire d’enrôler du monde à une heure de pointe, et de l’autre côté, l’autre voulait empêcher le vieux d’emmener plus de gens dans ses conneries.
D’un autre côté, le vieil homme pensait que ce n’était peut-être pas plus mal, et que défoncer ce type ne pouvait que faire promouvoir la puissance de sa secte. Un point en plus pour le prosélytisme.

« Nidorino, utilise Dard-Venin !!
- Soporifik, Coup d’Boule. »


Les deux Pokémons se chargèrent férocement, jusqu’à ce que la corne et le crâne dur des deux bêtes furieuses s’entrechoquent, chacun luttant plus que l’autre pour faire plier son adversaire et remporter le premier coup. Les deux dresseurs regardaient leur affrontement avec insistance, jusqu’à ce que deux inconnus viennent déranger les festivités. Leur question était plus ou moins la même : Pourquoi ils s’affrontaient ? Le lascar se retourna vers le groupe, et vit le colosse en premier, pour lui répondre un :

« Putain, tu vois pas que tu me déconcentres, là ?! »

Puis, sa colère s’apaisait légèrement en voyant Murphy. Fallait dire qu’elle était plutôt bien foutue, pour une petite jeune, et même le vieillard sectaire ne pouvait s’empêcher de poser discrètement les yeux sur les formes avantageuses de la jolie rousse. Le loubard se retourna vers l’affrontement, alors qu’il commença les explications.

« Ca fait depuis ce matin que la bande des encapuchonnés a débarqué pour convaincre un max’ de monde de les rejoindre. Cette bande d’illuminés dit vouloir connaître le savoir universel. Des foutaises si vous voulez mon avis. Encore un truc où des familles entières se font emmener, où les mecs bossent et les femmes se font violer et prostituer. »

Le vieux semblait s’offusquer qu’on viole ainsi ses croyances par de tels propos, et serra les dents avant de hausser le ton le premier, dans cette grande dispute.

« Ce ne sont que sotises !! Nous sommes une organisation qui cherche à connaître l’ascension par le savoir !! Et nous y arriverons ! Pour cela, nous avons besoin qu’un maximum de personnes rejoignent nos nobles rangs !! Nous obtiendrons le savoir de tous les mondes, et par ce biais, nous nous élèverons au-dessus des hommes !! »

Alors que le sectaire répandait toute son énergie en prêchant la bonne parole, le loubard n’avait pas perdu de vue son objectif, et lui répondit, alors qu’un fin rictus se dessinait sur son visage.

« Tu parle trop, vieillard. Nidorino, Double Pied !! »

Si Nidorino ne pouvait pas repousser le Soporifik par la force, il y arriverait par la feinte. Le pokémon poison se recula alors, laissant la grosse bête jaune trébucher et manquer de tomber. Profitant de cette occasion, la créature violette lui mis alors deux gros coups de pied dans le flanc, histoire de le dégager quelques mètres plus loin. Et ça ne fonctionnait pas trop mal. Le gros Soporifik était légèrement sonné par ces coups, mais était, au plus grand dam du gaillard, rapidement sur pied.

« Espèce de sale petit vaurien, je vais te faire payer cet affront ! Soporifik, Choc Mental ! Réduis moi ce pokémon impie en bouillie ! »

Le pokémon psy se concentra, prêt à lancer son attaque, alors que le loubard pensait à une contre-offensive, le tout devant le jeune couple, qui venait déjà s’en savoir un petit peu plus.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 46
Points : 602
Métier : Dresseur Pokémon

Dim 5 Mar 2017 - 3:37

Une secte étrange

Du boucan venait se faire entendre sur l’une des places publiques de Gavotte Ville, franchement, peu importe le jour, il s’en passait des choses dans cette ville. C’est donc avec ma curiosité naturelle que je suis partie voir ce qu’il se tramait. Accompagnée de mes pokémons, STAR PLATINIUM et mon Grenousse. Bien évidemment, ils étaient rangés dans leur pokéball, pour une fois, j’avais envie de marcher un peu seule et profiter un peu des rues par moi-même.

Dehors, les rues semblaient vraiment vides. Mais cet événement était si important que ça ? On aurait dit que de nombreuses personnes s’y rendaient comme moi. Ceci pouvait sembler logique, le monde attirait le monde lui-même. Au bout d’un moment ce ne serait pas étonnant si toute la ville était au courant qu’il se passait quelque chose sur la place publique !

Curiositée récompensée, je pus voir sur la place publique deux personnes en plein match pokémon. Un match pokémon ? Cela semblait intéressant ! Voyons voir ceci de plus près…
Un Nidorino et un Soporifik étaient donc en train de se battre. Je ne connaissais pas l’enjeu de leur combat, mais voir un match était toujours une chose intéressante. J’observais avec attention leur combat pour moi-même gagner un peu d’expérience et m’élever parmi les dresseurs de pokémon.

Je pouvais voir deux personnes se démarquer parmi les combattants devant moi, une femme aux cheveux de feu, absolument grossière à mon goût tant de par sa mode ou sa coiffure. Ainsi qu’un jeune homme, peut-être qu’ils étaient ensemble, vu de loin et leur manière de se tenir côte à côte, on aurait dit un jeune couple.  

Ma petite taille n’aidant pas, je voulais voir du mieux que je le pouvais le match, mais d’autres personnes me bloquaient la vue. Me faufilant, j’étais poussée de toute part, jusqu’à finir par arriver devant la scène. Mais cela me coûta quelque menues choses.

Ma détermination m’avait amenée jusque là, mais à quel prix, je finis par tomber devant les pieds du couple et mon chapeau s’écarta de ma tête pour tomber plus loin, devant le champ de bataille ! Nooon ! Il allait être détruit par ce combat !!!

En plus je m’étais fait mal en tombant, et pour couronner le tout, ma jolie robe était maintenant tachée ! Si on omet le fait que je viens sûrement de me taper la honte de ma vie, j’ai bel et bien échoué dans ma journée.

Comme quoi, la curiosité parfois, ça n’apporte que des mauvaises choses.  J'étais au bord des larmes.
ft. Capucine & Vocruen



Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ma répartition [Serpentard]
» Joueur cherche groupe D&D ou Vampire ou Exalted ou SW
» BLINK-182[Groupe de Musique Punk Rock]
» Un bien étrange rêve...
» Oscar et la dame Rose

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Stories :: Capella :: Villes & Villages :: Gavotte Ville-
Sauter vers: