AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

La douceur de mon amour te soignera /Finit /
avatar
Messages : 7
Points : 10
Age : 20

Dim 6 Nov 2016 - 23:05

photodupersonnage
Dossier n° 0045898758 - « L'enfant pleura puis l'étoile décida de guide sa route. »
Sakura Usami
spritedupersonnage• Sexe : Féminin
• Age : 22 ans
• Taille & poids : 1m72 pour un poids de 66 kg (beaucoup dans les boobs)
• Région d'origine :Unys
• Métier :Habitante ( Infirmière d'un centre pokémon )
Yuma le Ptyranidur
spritedupokémon• Sexe :Mâle
• Région d'obtention :Unys ( Dans le laboratoire de son oncle)
• Nature :Brave
• A noter : Yuma n'est pas bien grand pour un Ptyranidur, seulement 60 cm alors que le minimum de sa race serait 80 cm. Il est assez calme et ne s'énerve pas facilement contrairement aux autres Ptyranidur, il adopte surtout les émotions de sa dresseuse qui est souvent joyeuse. Usami est pour lui une mère, une amie, sa dresseuse et l'amour de sa vie. Il se montre impulsif et d'une surprenante agressivité s'il remarque qu'un homme tente de lui prendre sa Usami ou si elle est en danger. Pour finir Yuma porte parfois un tablier blanc court attaché dans son dos par un nœud bleu comme le vêtement de sa dresseuse.
Description mentale


Il suffit de voir son sourire et son regard innocent quand elle vous salue pour que soudainement, sa gentillesse vous saute aux yeux. La jeune femme a toujours été une source de bienveillance, éternellement prête à aider les autres, aux dépens même de ses propres désirs ou croyances.
C’est voir la reconnaissance sur les visages des autres dresseurs et pokémon qui arrive à donner un sens à sa vie. Il lui arrive parfois comme tout le monde d'avoir des moments ou le passé tente de revenir en force ou une simplement une mauvaise journée , cependant elle ne parle pratiquement pas de ce qui la tracasse ou la rend triste de peur qu'on ne l'écoute pas vraiment.

Vous l'aurez deviné, Usami est méfiante lorsqu'elle est en présence d'être humain plus particulièrement les hommes , ils sont tout ce qui lui inspire les moments traumatisant vécus dans le laboratoire de l'ordure qu'elle appelait " mon oncle ".

Ils parlent fort et utilisent la force pour avoir les choses qui les entourent pour au final les détruisent avec leurs mains de monstres. Elle n'a jamais réussi encore à offrir sa confiance depuis sa venue dans la région. Peut-être qu'elle ne cherche pas réellement aussi de peur qu'on lui vole tout ce qui lui reste . Le conseil qui aiderait le genre masculin serait de faire preuve de patience et garder à l'esprit qu'elle est facilement violente si on regarde trop sa poitrine énorme.

Sa poitrine, nous devons revenir à ce sujet pour le moins érotique et bien rond ,car il influence sans doute beaucoup plus son humeur que les hormones féminines et des situations qui font naître une émotion. Revenons dans le contexte, Usami est la source de moquerie et de jalousie depuis le début de son adolescence, sa poitrine est venue tôt et a grossie encore et encore jusqu'à devenir une source de gêne .
Il est impossible pour elle d'avoir une conversation normal avec des gens sans sentir qu'on fixe les deux masses rebondissantes ,autant les femmes que les hommes . Elle attendra de voir si cela devient vraiment trop insistant et lorsqu'elle aura compris que vous n'étiez rien de plus qu'un vicieux pervers dégoûtant, attention à vos fesses ,car son Ptyranidur s'occupera de votre cas.

Comment parler d'Usami sans aussi dire quelques mots sur Yuma son pokémon, tous deux ou un lien bien supérieur à la méga évolution et ce depuis le  tout début de la naissance du pokémon? Usami l'a accepté dans sa vie quand l'un comme l'autre cherchaient à remplir un vide . Elle devient une tout autre personne en sa compagnie, laissant bien vite tomber ce masque de bonheur éternel pour être la personne qu'elle ne se sent pas capable d'être au centre pokémon, soit en fait une femme mature et courageuse qui profite de chaque moment pour revenir l'enfant mort en elle trop tôt .

Elle fait tout avec Yuma, dormir , manger, jouer , se laver et même simplement lire des contes enfantins avec les autres pensionnaires du centre. On peut le dire ce pokémon est devenu une partie d'elle.

La paresse , qu'est-ce que sait ? Ça se mange ?

Un point non négligeable présent dans sa personnalité c'est qu'elle est une vraie petite tornade, certains la qualifient d'hyperactive, d'autres parlent simplement de son énergie légendaire et comment elle réussit à faire plusieurs choses en même temps. Elle a besoin que ça bouge, ne supporte pas de rester assise plus de dix minutes... Et si ça ne va pas assez vite figurez-vous qu'elle fera comprendre par des faibles soupirs qu'elle s'ennuie vraiment beaucoup ! En même temps dans son centre pokémon tout bouge si vite, elle ne fait que suivre le rythme des urgences, des jeunes dresseurs en quête de repos et les tâches quotidiennes .

La jeune demoiselle est douée dans plusieurs domaines typiques d'une femme de riche éducation, ce n'est pas pour rien qu'elle était appréciée dans le couvent pour son aide avec les nouveaux orphelins .Leurs confectionnant des vêtements en laine, cuisinant les repas et nettoyant les sols et prenant soin des enfants lorsque la maladie venait voir l'un des pensionnaires. On peu donc dire en effet qu'elle est maternelle avec ceux qui sont fragiles ou en ayant besoin d'un peu de tendresse .

Usami tien son secret bien caché, elle est habile de ses deux mains ayant suivis de son propre chef un entrainement en cas d'un bras amputé  chose courante dans le milieu scientifique .

Elle ne se vantera sans doute jamais d'avoir été l'apprentie de son oncle dans un laboratoire, mais il est certain que le personnel du centre pokémon a remarqué son intelligence peu commune lorsqu'elle tentait de refaire le mélange d'un médicament expérimental .Un dresseur lui a déjà demandé pourquoi elle perdait son temps avec un centre pokémon au lieu de rejoindre un laboratoire. Elle n'a rien répondu, le futur la motiva à ne plus parler de ses connaissances en science et de paraître idiote pour ne plus avoir à se souvenir de son passé.

Pour finir avec le caractère d'Usami, je dirais simplement qu'elle est une enfant qui a dû grandir plus vite que les autres et qui en a payé le prix .Il ne sera donc pas rare de la voir un peu plus gamine que d'autres et rêver encore du grand amour sur son cheval blanc .De plus elle exprime un peu trop facilement son attachement pour quelqu'un .

Cependant ne croyez pas tout savoir d'elle avant d'avoir croisé sa route, vous pourriez être surpris...

Histoire
Printemps de la deuxième année de Giratina ,

Nous vous prions de quitter les lieux, la police d'Unys gère la situation ! »

Pourquoi ?

« Maman, papa, ou être vous ! » Mais aucune réponse ne parvient à la jeune fille.

À leur place, elle n’entend que le brouhaha de la foule qui suite à l'annonce se dirige en panique vers les sorties dans un chaos inimaginable. Usami tiens contres soi de ses petits bras tremblotant au rythme de son cœur paniqué Ayabe qui pleurniche désirant tout comme elle revoir leurs parents. La fillette ressent le besoin du haut de ses quatre ans de la protéger sans doute dans le but égoïste de ne pas finir toute seule dans une situation aussi inhabituelle.

Elle se répète qu’elle n’est pas courageuse, car la peur la fait réagir comme une survivante, Usami avance doucement pour se faufiler elle est sa sœur avec maladresse entre les gens tout en s'excusant. Les personnes semblent indifférentes à cette forme de politesse qui n'a pas d'importance dans ce genre de moment. On les bouscule de nombreuses fois, la petite ne compte plus les fois où leurs corps tombaient sur le sol froid. Une masse rose lui fait signe sous une table en bois, on dirait un Pokémon. Usami décida pour le bien-être de ma jumelle de faire confiance en ce Pokémon tout en connaissant l'avertissement de leurs parents sur le sujet de ces créatures assez étranges.

«Ne faites pas confiance aux Pokémons que vous ne connaissez pas »
La plus vieille ressenti soudainement une douleur sur le haut du crâne qui lui fait l’effet d’un coup de masse, elle n'a le temps que de mettre ma sœur en sécurité, un voile noir couvre son regard. Elle se sent disparaître dans la noirceur alors dans un soupir Usami murmure le nom de sa sœur.
 «A-ayabe... »

Printemps de la deuxième année de Giratina, quatre heures après le drame.

La petite se réveilla dans des vêtements propres de plus on l’avait lavée avec un savon qui sentait bon la baie pêcha. Malgré tout elle n’était pas très coopérative, gesticulante dans les bras d'une étrangère vêtue de noir et blanc, elle avait le sourire d'un ange et des cheveux châtains coiffés en chignon. Son nom était sœur Vilyanne, elle était venue réconforter la nouvelle pensionnaire tout comme elle l'avait fait quelque minute plus tôt avec sa jumelle Ayabe, maintenant assoupit dans son berceau avec un sourire apaisé.
Les pleure d’Usami ont duré si longtemps que ses yeux lui faisaient mal.

«Je ne veux pas croire qu’ils ne sont plus nos parents.»
Usami se souvenait encore de leurs après-midi au festival du printemps comme un rêve qui au matin semble doucement vouloir fuir à mesure que le sommeil tente de l’arracher à la réalité. Toutes ces guirlandes de lumières qui illuminaient les nombreux kiosques de jeux de hasard et l'odeur enivrante de barbe à papa qui les rendaient elle est sa sœur aussi excité que des mimes juniors devant une pile de friandises.

«Maman et papa ont lâché nos mains qu'une seconde …»

«Reviendront-t ‘ils nous cherchent une fois le danger passer ? »

La fillette se torture l'esprit à chercher pourquoi ceux qui disaient les aimer plus que tout ne vient pas.

Le lendemain, toutes les larmes que son petit corps d'enfant peut contenir sont maintenant épuisées. Les yeux rougis, son honneur meurtri et le cœur en mille morceaux, elle essaie toujours de comprendre ce qui arrive et pourtant aucune réponse ne vient. Elle n’a pas remarqué que le sommeil l'avait déjà rattrapé, ses yeux se ferment et elle laisse un léger soupir se faire entendre alors que seul Leveinard se souviendra de son cauchemar passé.

Cinq années avaient passé au sein des murs du couvent portant le nom de Baltéphone au cœur d’Unys. La matinée avait commencé par une pluie qui donnait l’impression de ne jamais finir, malgré la température peu favorable et le vent qui soufflait de grandes rafales envoyant valsé ma chevelure pêche dans tous les sens, j’avais encore de la route à faire avant d’atteindre notre point de rencontre.

En me levant j’avais lancé un peu de tout dans mon sac en forme de roudoudou en plus de piquer quelques biscuits sortant du four dans la cuisine de Mamagara, la meilleure cuisinière du couvent.

La pluie ne me gênait pas vraiment dans mon cheminement, les rues étaient vides pas comme à l’habitude quand elle regorgeait de gens en tous genres. Après quelques minutes à marcher j’atteignis enfin un endroit qui m’était familier, un parc pour Pokémons non loin d’un coin de la ville qui était fréquenté par de riches personnes souvent des scientifiques ayant eu la gloire avec leurs inventions.

Mon regard observa les environs malgré la légère brume qui couvrait Unys, je recherchais en vain la présence de mon amie rencontrée quelques semaines plus tôt lors d’une évasion nocturne qui avait un peu mal tourné.
Je me souvenais de son rire lorsqu’elle m’avait trouvé suspendu par un pied à une corde .Un piège ridicule que des gamins avaient installé pour capturer des Pokémons sauvages .Elle m’avait aidé à redescendre de mon perchoir et par la suite on a multiplié nos rencontres. Parlant de tout et de rien à la fois .Elle me parlait de sa vie et je lui mentais sur la mienne me refusant d’avoir sa pitié pour la disparition de nos parents à moi et Ayabe.

Je décidai de m’asseoir sur un banc pour l’attendre, profitant du moment pour prendre une collation en avance .Je n’eus le temps de prendre un biscuit en cachette avant que soudainement sa voix résonne de l’autre bout du parc.

«Tu devais m’attendre avant de tout manger, tu es pire qu’un ronflex»
Je gonflai légèrement mes joues signées de mon agacement tout en reposant le biscuit dans le sac qu’il n’aurait pas semble-t-il jamais dû quitter.

«Oui bon j’avais faim moi à attendre la princesse...»

Nous avons ri  ce jours-là en dégustant les biscuits moelleux sous un vieux chêne, racontant nos aventures et parlant du futur que nous l’ignorions viendrait trop vite. Malheureusement l’année suivante, je retournai de nombreuses fois dans le parc pour la revoir, mais du jour au lendemain elle avait comme disparue. Sa soudaine disparition  m’inquiétais vraiment alors avec ma jumelle je fis le tour des commerces en quête d’informations.

L’un d’eux me dit alors qu’elle avait déménagé dans la région de Hoenn.Le départ fut dure, j’avais perdu ma seule amie et confidente .Le poids de la trahison me hantai.
«Pourquoi ne m’a-t-elle pas au moins dit au revoir…»
Personne dans le couvent autre que ma sœur jumelle ne savait mes explorations extérieures alors je n’avais  pas vraiment de réponse à mes questions.

Les années passaient  à un rythme bien vite monotone pendant que les saisons venait et disparaissait, certes je n’avais pas à me plaindre de mes journées bien remplies entre l’entretien du couvent et mes nombreuses leçons de français, géographie, mathématique et bien d’autres toutes aussi ennuyantes les unes des autres. Lors d’un moment libre, je préférais néanmoins tenir compagnie aux Pokémons sauvages venant dans le jardin de la cours Nord. Les nourrissants de baies fraichement cueillit et imaginant des heures assise dans l’herbe qu’elle est leurs vies hors de ces murs. J’ai appris à simplement écouter et regarder leurs expressions pour les comprendre n’ayant pas le droit d’avoir un Pokémon à moi …et puis pour en faire quoi de plus que ceux qui me saluait chaque matin.
En grandissant, j’ai négligé ma petite sœur  trop différente nous  nous sommes perdus de vue dans les couloirs de notre demeure. Je travaillais si dure  pour compenser ses absences lors des tâches ménagères alors qu’elle cherchait  un moyen de fuir notre malheur. J’ai été aussi aveugle quand un soir sœur Angela m’annonça qu’Ayabe avait quitté le couvent sans prévenir personne de son départ. Légalement, elle avait le droit de partir maintenant âgé de 18 ans.

Je ne voulais pas croire que ma jumelle  tout comme nos parent et Ashley m’avait abandonné. Je me retrouvais seule pour une deuxième fois …non…c’est vrai j’avais eu Ayabe.Elle avait constamment cherché à me rendre heureuse lorsque je faiblissais...
Quelques mois après le départ de ma sœur, je n’avais plus autant de projets pour mon futur .Un lundi comme les autres j’aidais la mère supérieur à trier les documents des anciennes pensionnaires certaines ayant quitté de maladies qui hélas avait frappé le couvent l’hiver dernier, la fillette qu’Usami avait le plus apprécier  après son moment de solitude n’avait pas survécu. Ameline restait néanmoins dans son cœur. Lorsqu’elle souleva une pile de document Mère supérieur trébucha reversant dans un grand bazar tout le contenue des pochettes en papier cartonner. Une feuille attira la curiosité d’Usami  portant le nom ‘’Les jumelles du festival’’  elle prit discrètement la feuille et la cacha en boule dans la poche de son tablier en aidant à ramasser les papiers. Ce n’est qu’au soir qu’elle lut a la faible lueur de sa bougie les mots écrits.

«Fillettes trouvées en compagnie du Pokémon de sœur Vilyanne , aucuns signes des parents lors du festival  classé comme abandons. La garde légale reviens au couvent, autres membres vivants ayans donner signe de vie , oncle des petites…»

Les coordonnées étaient inscrites, Usami fut surprise de le savoir dans la région ou du moins qu’il avait été dans la ville de leurs enfances sans venir une seule fois  y sortir sa sœur et elle. Aussitôt quelque recherches faites sur cet homme qui était déjà reconnu comme un brillant scientifique, notre jeune demoiselle prépara ses valises et accepta des stages dans de petits laboratoire pendants une années en ne vivant que dans un petit appartement dans le centre-ville d’Unys .

L’année suivante, elle déposa son cv et des recherches faites sur le développement des œufs en milieu arides .On lui offrir le poste d’assistante pour un projet qu’on disait réclamer son expérience.

«Le jour J , enfin…»

Je l’ai rencontré lors de ma première journée, un homme propre qui n’en reste pas moins froid et distant par moment .Je me suis surprise à avoir peur un court moment avant de me présenter. Il a eu les yeux ronds comme des billes en me sachant dans son laboratoire ignorant sans doute l’ampleur de mon intelligence et mon expérience avec les Pokémons.

Son projet … j’ai bu ses belles paroles comme on peut boire une citronnade sous un soleil chaud d’été. Disant bien faire pour la paix dans le monde en faisant revivre  un anciens Pokémons. Mon boulot était simple nourrir et rassuré les Pokémons ‘’test’’ en ne me doutant pas des atrocités qu’ils vivaient lorsque je quittais leurs pouponnières.
Un matin alors qu’Usami préparait le repas pour son oncle vivant temporairement dans la même demeure que lui, elle surprit une conversation au téléphone avec un certain ‘’Ashton’’ .Par la suite elle ne cessa de chercher des réponses en questionnant son mentor sur l’origine de cette conversation .Chose qu’il lui dit quelques jours avant la venue du jeune homme dans la demeure.

Au premier contact lorsqu’il franchit la porte du hall d’entrée, Usami était  occupé à nettoyer des bibelots quand elle se retourna, elle crut voir un enfant   et par réflexe la jeune demoiselle le blottit contre son énorme poitrine heureuse de voir enfin un visage enfantin depuis son départ du couvent, le remuant un peu sous le coup de l’excitation soudaine .Son oncle étant dans un coin de la pièce ne semblait pas très réactif devant l’enthousiasme de sa filleule et annonça à son fils qui elle était. Lorsqu’elle le relâcha il semblait quelque peu sous le choc, Usami partie en sautillant vers la cuisine pour préparer du thé  en vue de futur retrouvaille.

Son oncle activa la machine pour faire renaitre le fossile, les minutes qui suivirent furent stressante pour toute l’équipe tout comme Usami qui observait en tortillant le rebord de sa jupes. Une lumière vive engloutit tout le laboratoire faisant lâché de faible sursaut dans la respiration des scientifiques .Quand enfin la lumière se dissipa, un adorable Ptyranidur était endormi en petite boule sur le piédestal .La rouquine sautilla de joie devant un spectacle si merveilleux, elle repoussa la foule de gens pour être devant le museau du Pokémon. Son souffle tiède chatouillant son visage.

«Mon oncle, je propose de l’appeler :Muffin , cocotin ou mieux Croc mot !!!» Dit alors la jeune fille  trépidante d’excitation. Le regard que lui lançais son oncle la refroidit quelque peu.

«Usami…le projet est un échec, ce Pokémon est certes en chair et en os, mais jamais il ne sera digne de sa race, si petit …je vais devoir m’en débarrassé »Lui répondu alors le scientifique au cœur de glace.Usami était figé devant de tels propos, son regard fixa celui de son cousin qui ne fit que hoché légèrement la tête .Elle bouillonna de rage et envoya une gifle sur la joue droite de son oncle avant de  quitté le laboratoire en courant.

«Personne …ne tuera Muffin peut-être Cocotin ou Cromot »

Quand la nuit tomba, je préparai ma valise avec sagesse laissant dans la commode les objets et vêtements qu’il m’avait acheté. Prenant place à mon bureau je notai sur une feuille et un stylo un court message destiné à mon cousin.

«Cher cousin, nous n’avons eu que peu de temps pour nous connaitre dans de drôle de circonstance .Je croyais que ma destiner était de devenir scientifique  et suivre les traces de mon oncle, mais j’ai eu tort et avec raison .Je ne veux plus faire du mal à des êtres innocents simplement car ils ne sont pas aussi brillant que nous. Je vais partir et ne jamais revenir vers Unys.Ne m’en veux pas trop mon adorable cousin.
Signé : Usami Sakura»

Elle posa la feuille sur son lit avant de s’introduire dans le laboratoire et volé la clé ouvrant la cage du Pokémon encore endormi. La sécurité faisait sa ronde, elle n’avait que peu de temps avant de se faire surprendre .Elle caressa le museau du Ptyranidur avec douceur en souriant. Il ouvrit les yeux en lâchant un petit gloussement de joie.Usami appuya la pokéball contre son museau .Un rayon rouge en sorti capturant le pokémon .La pokéball remua vers la droite et vers la gauche entre les mains de la jeune fille.Un petit clic se fit entendre signe que le pokémon l’avait accepté.Elle posa un baiser sur la pokéball avant de fuir pour de bon le laboratoire.

Avec les maigres économies que j’avais-je trouva néanmoins un avion peu cher qui m’apporta  dans la région de Capella .Aussitôt arrivé j’ai senti que ma nouvelle vie commençais enfin comme un nouveau souffle.

J’ai rencontré l’infirmière de la ville d’arrivé qui m’a tout appris pendant une année les bases sur les soins et l’entretien des Pokémons. J’ai fait découvrir la vie à Yuma mon Ptyranidur  .Il est devenu ma famille. Malgré toute la bienveillance de ma mentor, j’ai quitté le nid pour prendre la route .Dans une caravane tiré par un Tauros cadeau de ma mentor celle que je vois comme ma mère adoptive. Nous voyagerons ensemble dans le but d’offrir des soins dans toute la région.

Malgré tout une ombre voile encore mon sourire…ma sœur qu’est-elle devenue…mon cousin et mon oncle...me déteste-t’il…?
«Tauros en route vers Requiem »
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 7
Points : 10
Age : 20

Jeu 17 Nov 2016 - 15:58

J'annonce officiellement que j'ai finis ma fiche.
Des fautes sont possibles (bha oui je suis pas un dictionnaire) mais j'ai soigné une bonne partie sachant que j'ai fait pour environ 2500 mots.
Merci du soutien de chacun j'espère que la lecture vous plaira ^^
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Admin
Messages : 334
Points : 443
Age : 22
Métier : Dieu.

Jeu 17 Nov 2016 - 23:15

Bonjour, et bienvenue à Capella.

Votre dossier va être validé par notre administration.

Voici votre carte, personnalisable à l'envie :


N'oubliez pas de recenser votre avatar et de rédiger votre fiche technique.

Nous vous souhaitons un bon séjour.
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Zoélie A. Collins ♣ La douceur d'un amour vache !
» GIFI un amour de caniche toy femelle de 10 ans (34)
» la faim plus fort que l'amour
» Barikad Crew-- Amour Infini-- Honneur à la femme haitienne
» L'amour sans philosopher C'est comme le café : très vite passé. [Les Shepard && Gibbs]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Stories :: Gestion du personnage :: Présentations :: Terminées-
Sauter vers: